Un projet en plusieurs étapes

Accueil > Besoin d’aide ? > Un projet en plusieurs étapes

Avant de se lancer dans la réalisation d’un film d’animation, il peut être intéressant de programmer un certain nombre d’activités préalables afin que le projet prenne tout son sens dans l’esprit des élèves :

  • Découverte du cinéma d’animation : recueil des représentations des élèves, visionnage et analyse d’une sélection de quelques courts métrages d’animation, élaboration d’une définition du cinéma d’animation.
  • Histoire du cinéma d’animation : découverte et repérage sur une frise chronologique des dates clés de l’histoire du cinéma.
  • Production d’images animées : étude et construction de dispositifs permettant de produire une image animée (thaumatrope, plénakistiscope, zootrope, folioscope), prolongement possible autour des illusions d’optique.
Le site www.animage.org est une véritable mine d’informations sur l’histoire du cinéma et plus particulièrement sur l’émergence des premières techniques d’animation.
Un dossier pédagogique paru en 2008 dans le Bulletin départemental du Nord donne toutes les informations nécessaires à la création en classe des dispositifs évoqués plus haut. Pour vous faciliter encore plus la tâche, nous avons créé des gabarits que vous pourrez télécharger et utiliser directement en classe.

Une fois la notion de film d’animation correctement comprise par les élèves, la réalisation à proprement parler d’un court-métrage peut débuter. Suivant la nature et la durée du court métrage, le temps qui sera consacré au projet pourra varier considérablement. Vous trouverez ci-dessous une proposition de découpage du projet en plusieurs étapes, dont certaines peuvent être optionnelles en fonction des choix opérés par l’enseignant et les élèves.

1. Choix par les élèves de la nature et du thème du film à réaliser.

2. Activités préparatoires :
- en fonction de la nature du film, étude du type d’écrit correspondant,
- choix et étude des techniques retenues pour la création des décors, personnages et accessoires (étape optionnelle).

3. Écriture du scénario :
- écriture de la trame générale du film,
- découpage de la trame en scènes,
- élaboration des fiches détaillées des personnages et des lieux,
- écriture détaillée des différentes scènes,
- réalisation du storyboard avec choix des différents plans et cadrages.

Pour vous aider dans l’étape d’écriture, nous mettons à votre disposition un ensemble de fiches outils.

4. Activités préparatoires :
- création des personnages, des décors et des accessoires (étape optionnelle),
- expérimentation autour des bruitages,
- travail autour du dialogue (activités théâtrales).

5. Tournage :
- installation fixe du studio d’enregistrement (décors, lumières, fixation du ou des appareils de prise de vue),
- prise des photos, scène par scène (pas forcément dans l’ordre chronologique).

6. Pré-montage des scènes :
- réalisation du montage de chacune des scènes séparément (sans le son),
- création des effets spéciaux (étape optionnelle).

7. Sonorisation et doublage son :
- enregistrement des dialogues et des voix off,
- production et enregistrement des bruitages,
- enregistrement/choix des musiques,
- doublage son des différentes scènes préalablement montées.

8. Montage final :
- montage dans l’ordre chronologique des scènes préalablement sonorisées,
- incorporation des transitions visuelles et sonores,
- incorporation des génériques de début et de fin.

Une fois la réalisation achevée, se pose alors la question de la diffusion du film. Plusieurs solutions sont possibles : séance de projection dans l’école, gravure de DVD, publication sur internet. Si toutes ces solutions sont complémentaires, la première semble incontournable et pourra faire l’objet de l’organisation d’une exposition (réalisation d’affiches).

Remarques

  • l’étape n°1 du choix laissé aux élèves peut parfaitement être ignorée si l’enseignant préfère réinvestir des compétences préalablement travaillées en classe, notamment en maîtrise de la langue (ex: étude de la structure du conte) et en arts visuels (ex: séquence autour du modelage).
  • La réalisation des décors et des personnages risque d’être très chronophage. Il en va de même pour l’inclusion d’effets spéciaux (explosions, animation des visages). Pour gagner du temps, il est possible de faire le choix de mettre en scène uniquement des objets existants (ex: jouets) et il est recommandé de faire l’impasse sur les détails (ex: mouvement des lèvres). Les étapes associées sont indiquées ci-dessus comme « optionnelles ».

http://cic-lavaladjoint-ia53.ac-nantes.fr/filmanim/wp-content/themes/selecta